L'art du bonsaï

La pratique du yoga, du Qi Gong et du Tai chi chuan
ATELIERS
LES BONSAI
MIEUX VIVRE
LES TECHNIQUES
Médecines douces
 

Une vraie médecine ne devrait qu’être préventive. En Chine, en des temps plus anciens, car ce pays s’occidentalise, le médecin était payé pour maintenir ses patients en bonne santé. Il connaissait les faiblesses de chacun et, avant que la pathologie n’apparaisse, il leur prodiguait des soins particuliers ou leur conseillait des techniques plus générales. Lorsque ceux-ci étaient malgré tout malades, il devait les soigner gratuitement, puisque l’on considérait qu’il n’avait pas bien fait son travail. Sa réputation s'en ressentait ! Par contre, celui dont les clients n’étaient jamais malades gagnait rapidement une grande renommée : il connaissait les secrets de la santé.
Quant aux médecins de l’empereur, ils étaient purement et simplement exécutés si celui-ci était malade ! Les techniques de santé étaient donc très recherchées et mises au point avec le plus grand soin. Chaque patient devait aussi se prendre en charge, et l'on peut imaginer que le médecin pouvait "renvoyer" ceux qui ne se conformaient pas à ses prescriptions.

Et n’est-il pas curieux de parler de "dépenses de santé"? Bien souvent la plupart d’entre-nous ne se soucient de leur santé que lorsqu’elle vient à leur manquer. C’est alors qu’interviennent les "dépenses" qui sont plutôt des "dépenses de maladies". Dans nos pays, les médecins ne considérent que la maladie, les microbes et les virus sensés en être l’unique cause. Comme l’a reconnu Pasteur sur son lit de mort, "le microbe n’est rien, c’est le terrain qui fait tout". Mais les hommes étaient trop impatients de trouver des moyens qu’ils pensaient infaillibles, pour écouter les réserves émises par celui qui leur avait ouvert cette porte.
Quand le corps est sain, qu’il s’est bâti sa forteresse, aucune attaque ne le prendra au dépourvu et il saura se défendre lui-même.
Mais pour cela, il faut avoir une attitude, non plus de dépendance (vis-à-vis du prestige de la médecine par exemple), mais d’autogestion. Et cette autogestion doit être autant physique que psychologique : nous savons qu'une attitude positive rend la guérison beaucoup plus facile.

Un jour, un pèlerin rencontre la peste et lui demande où elle va.
-"Je vais à Bagdad tuer cinq mille personnes", répond-elle sans sourciller.
Six mois plus tard, le même pèlerin rencontre à nouveau la peste et lui dit :
-"Tu m'as menti, tu n'as pas tué cinq mille personnes, mais cinquante mille."
-"Pas du tout, répond la peste, j'ai bien tué cinq mille personnes, les autres sont mortes de peur !" (Auteur inconnu)

Les aphorismes, d’où qu’ils viennent, sont souvent d’une vérité qui laisse confondu et cette histoire illustre très bien l’attitude mentale dans laquelle la peur peut mettre ceux qui ne font pas confiance à leur potentiel santé. Et ce potentiel peut se cultiver, se préserver, s’améliorer...

 
chenmen chine traditionnelle - eurasie - lesclefsdutoucher - naturosanté - reiki - Shiatsu